Railsim-fr.com » Le 1er portail français dédié à Train Simulator et RailWorks.

oct 14

Le mardi c’est gratuit #11 – Lakes et Regionales

Ca se voit que les cours ont repris ? Désolé pour ce manque de régularité mais j’essaie de faire au mieux, promis ^^ Aujourd’hui nous restons en Europe, d’abord dans le nord de l’Angleterre, à la découverte d’une petite branche de la WCML, puis direction l’Espagne, qui n’avait jamais encore eu le plaisir de se retrouver dans ces pages…

Mais premièrement, rendons-nous donc de l’autre côté de la Manche, du côté de la Windermere Branch Line, également appelée Lakes Lines. Cette petite ligne de 10 miles prend ses racines sur la WCML à Oxenholme, et part vers le nord-ouest, tandis que l’artère principale du pays continue plein nord. Dans TS, la voie était déjà posée, mais il manquait le scenery. DTG avait sorti la Sheerness Branch Line en DLC pour DLC, mais ici, grâce à n.e hudson, le tout est téléchargeable gratuitement sur le Workshop.

La branche se raccorde sur la WCML à Oxenholme.

La ligne est en voie unique de bout en bout, sans aucune voie d’évitement. On sent tout de suite l’ambiance rurale, dès le terminus, et toutes les gares de la ligne sont semblables : un petit abri, et un quai qui ne peut pas accueillir des autorails de plus de 4 éléments. Mais, la conduite n’est pas si simple que cela : le profil de la ligne est difficile – de vraies montagnes russes – et attention aux changements de vitesse, notamment à la limitation très vicieuse de 5 mph à un passage à niveau.

C’est paumééééééééééé !

Les paysages sont très biens posés, et on sent bien l’évolution du décor, de vastes étendues dans les environs de Windermere, et l’arrivée de maisons et d’éléments urbains de plus en plus présents à mesure que l’on avance. La ligne est située dans la fin des années 80, ce qui ne dépeint pas avec l’add-on original, et qui permet en réalité une utilisation beaucoup plus variée sans souci puisque les éléments marqués temporellement sont rares.

Plus on avance vers la WCML, plus on retrouve la « civilisation » :P

C’est donc une très bonne extension, courte, mais qui permet de redécouvrir la ligne de Keith Ross avec de nouveaux scénarios. Aujourd’hui, la branche réelle est parcourue avec des 185 (allez, c’est quand que quelqu’un en fait une ?!), et l’électrification a été prévue pour 2016 ; des 350 devraient ainsi remplacer les DMU. Pour la télécharger, rien de plus simple puisque c’est le Workshop, et seul la Settle-Carlisle est nécessaire en plus de la WCML OS.

 

Pendolino, Eurostar, et TGV, nous voici en Espagne : il est temps de faire connaissance avec les automotrices série 470 de la Renfe. Il s’agit en réalité d’anciennes rames de la série 440 qui ont été reconstruites (comme la plus part d’entre elles) pour le service interurbain (Media Distancia). 3 éléments : motrice – remorque – remorque avec cabine. La communauté espagnole de railsim.es nous la propose en deux livrées : Operadora et Media Distancia.

Design très 70′s pour cette automotrice !

La modélisation extérieure est très brute mais reste cependant de bonne qualité. Les parties frontales sont les meilleures. Il y a quelques textures basses résolution, mais rien de très gênant. La cabine est quant à elle très bonne, de la belle 3D, dommage que tout n’est pas fonctionnel. C’est vraiment du bon boulot !

La cabine est très bien faite, du niveau professionnel !

Je le répète à chaque fois, mais l’important, c’est l’atmosphère, et là on s’y croit vraiment sans aucun souci ! Il y a un ASFA pas totalement fonctionnel, mais c’est déjà ça ! La simulation souffre d’un léger défaut concernant la vitesse maximale, mais sinon c’est le top. Il y a même une vue passager très joliment modélisée.

140 km/h, c’est ici du pur régional !

Une automotrice qui se plaira réellement sur toutes vos lignes espagnoles électrifiées, et à télécharger gratuitement !

oct 04

Aller simple pour les Highlands…

C’est la troisième fois que j’essaie d’écrire ce test, celui de la West Highland Line, paru ce jeudi sur Steam. Je ne sais pas quoi dire en fait… le charme de cette ligne a été très efficace sur moi…

Franchement, je n’ai pas envie de m’étendre de données descriptives sur la ligne, les arbres 3D, le matériel, le RETB qui est parfaitement simulé… oublions tout ça. Vous savez, il y a eu (je ne sais pas si j’ai raison de mettre ça au passé, je ne suis pas très trendy) cette mode de la « slow life ». Slow food, slow TV, slow science, slow city… cette ligne, c’est du slow train. Y en a marre de ces IC à 200 km/h, ces omnibus au freinage brusque pour ne pas perdre 10 secondes très précieuses. Direction les Highlands, aller simple, pour redécouvrir le rail. Pas plus de 30/40 mph sur la majorité du parcours, mais c’est pas grave on a le temps. A chaque yard, c’est une nouvelle chose qui m’émerveille : le ciel étoilé – sans pollution lumineuse, le loch que nous longeons, le viaduc qui semble venir d’un autre temps. Déjà 5-6 heures de route et tout m’émerveille encore.

Tout est custom sur cette ligne, l’expérience est complètement différente. La ligne réelle est sublime, et le royaume de la Nature, devant lequel on s’efface, est parfaitement retranscrit, sans tomber dans les assets habituels que l’on connait depuis la London-Brighton. Les créateurs ont fait un boulot exceptionnel, tellement exceptionnel qu’ils viennent au bout des limites du moteur graphique… plus votre config est bonne, et meilleure sera votre expérience. Thomson ne devait pas louper son retour, well done.

(oui j’ai rien d’autre à dire, mais faut que j’y retourne, cette ligne a complètement captivé mon attention… laissez-vous tomber dans ce piège, ça sera pour votre plus grand bien !)

(maintenant s’il vous plait, mettez-nous le bloc RETB sur la 156 et la black 5 ! et vivement la K1).

sept 29

Test… du dernier-né chez Simcab !

Vous savez, ce que j’adore dans le monde du rail, c’est sa diversité : les passionnés peuvent exercer leur hobby dans des domaines très variés. Attention, je ne parle pas ici des « compteurs de rivets », ceux qui vont faire tout un plat pour un TGV carmillon avec un cache-nez gris, ou ceux qui voient dans le X 2800 le transport ferroviaire absolu. Non, je parle ici de ces amateurs, au sens noble du terme, qui m’émerveillent quand ils passent leur temps libre à restaurer puis conduire une machine des années 30. Ces amateurs, qui accumulent au fil des années une collection qui appartient à l’histoire ferroviaire de leur pays et la partagent à tous. Ces amateurs, qui chassent avec fougues les circulations ordinaires et spéciales en photo ou en vidéo. Ces amateurs, qui, passent des milliers d’heures à reproduire en miniature avec une exactitude impressionnante des scènes ferroviaires d’hier et d’aujourd’hui. Bref, vous comprenez mon admiration pour tous ces Hommes.

Il y a une « catégorie » du ferroviaire que je n’ai pas abordé dans mon anaphore (j’en connais qui en seraient jaloux :P), c’est celle de la simulation. C’est la passion que nous partageons tous ici dans cette communauté, mais, certains vont plus loin que leur simple ordinateur, et là aussi, mon admiration n’est pas quantifiable tellement elle est grande. Vous avez peut-être déjà entendu parler sur le forum de Simcab, ou au moins du sujet « Un vrai poste de conduite« . Oui je parle ici de dj gus, qui m’a très gentiment invité à essayer son dernier projet. L’idée est logique, mais brillante : devant votre clavier, ou votre raildriver, vous êtes loin d’avoir les mêmes sensations que derrière un poste de conduite. D’un autre côté, on ne peut pas toquer aux portes des centres de formation de la SNCF « oui bonjoure j’aimerer essayé un de vos simulateure ». Alors que faire ? Adapter les commandes d’un vrai poste de conduite, à un simulateur grand public, du style TS, ZD, TRZ, OR, ZUSI…

C’est quand même mieux qu’un simple clavier d’ordi !

dj gus a commencé « simple » (comprenez très difficile pour nous commun des mortels) avec un premier pupitre, récupéré d’une RIO, qui lui a d’ailleurs valu de passer sur France 3. Puis les projets se sont agrandis et complexifiés aux fil des années, il a ainsi notamment bossé pour installer un simulateur à la Cité du Train (perso je ne l’ai pas vu, mais je doute que des aliens l’aient ramenés dans leur soucoupe volante, ne reste donc plus que l’hypothèse de mon erreur horrible et impardonnable de l’avoir loupé ). Et son dernier projet en date, accrochez-vous, est la création d’un pupitre de conduite, de A à Z.

Le simulateur installé n’est autre que ZUSI 2, qui est d’un niveau de simulation bien plus avancé que notre TS. Un PZB et LZB VRAIMENT réalistes, les courbes de vitesses sur un graphe à la fin de l’activité… (ça c’est un vrai débrief, DTG !) Je lui trouve cependant deux défauts : les graphismes, dépassés (loin d’un TS, voire d’un TRS), et le fait qu’uniquement des lignes allemandes (+/- suisses) soient présentes. Mais forcément, avec un tel niveau de simulation, on peut pas trop diversifier la chose.

Les graphismes de ZUSI 2 ne sont pas géniaux, contrairement au niveau de la simulation qui est professionnel.

Du coup, le pupitre, squelette en bois, type standards actuels européens (cabine centrale, tout sur des écrans, etc…), ressemble à ce que l’on pourrait trouver sur une TRAXX circulant en France : écrans tactiles allemands (le programme accessoire est dispo sur le web, créé pour ZUSI), et présence de la RST. Les différents manipulateurs et BP sont parfaitement utilisables et réalistes ; pour la faire simple, les vraies sensations de conduites sont là. Il faut être concentré sur la signalisation, la voie et les différents écrans : les mauvais graphismes de ZUSI 2 ne sont rarement (jamais) gênants.

Les écrans tactiles sont au top !

Tout a été construit et pensé de manière très ingénieuse et précise – et notre ami dj gus n’a que 18 ans – ainsi par exemple, le pupitre est modulable, et on peut passer d’un EC aux commandes d’une 101, avec tous les manipulateurs présents sur la loco, à l’automotrice régionale type qui n’a qu’un manipulateur combiné traction-freinage. PZB, SIFA, sablage, sont aussi là of course.

On attend désespérément l’ouverture du signal… de gauche à droite, BP URG, PZB et manip combiné.

Vous l’avez compris, encore une merveille produite par le talent et la passion, qui n’est pas encore terminée : ajout de différentes commandes, peinture… quelques « faux-contacts » à régler, et aussi le passage vers ZUSI 3 lorsque celui-ci sortira, qui, niveaux graphismes, n’a rien à avoir avec son prédécesseur. Bref, on ne peut qu’applaudir dj gus pour cette réalisation formidable (et le très bon instructeur par ailleurs, même si certains passagers derrière ont été un peu secoués !) ! La maladie des passionnés du rail (ne dit-on d’ailleurs pas ferrovipathe ?), ne se soigne pas, et c’est une très bonne chose.

 

Un article qui change de ce qu’on trouve d’habitude ici, mais faut bien que je me change les idées vu le °90°*£% qu’a produit la MaJ vers TS15 pour ma part… mais j’y reviendrai, c’est certain :)

sept 18

Ne pas nourrir les crocodiles !

Intéressons nous aujourd’hui à un studio qui n’a encore jamais été représenté dans ces tests, Romantic Railroads. Parce que les DTG c’est moyen, vizzart c’est plus que bof, et AP et vR c’est génial, à un moment, il faut du changement. Eh bien, le changement, c’est maintenant :P

En surfant sur le web, je suis tombé sur une création plutôt ancienne (2012) du studio allemand spécialiste de la nostalgie et des époques II à IV. Dans cet add-on, il nous propose une modélisation d’une crocodile, les vraies de vraies (les articulées quoi), à savoir l’E94 de la DRG. Ces 285 locomotives Co’Co’ ont été construites dans les années 40 et 50 pour assurer la traction de trains lourds dans des rampes difficiles, comme par exemple l’Arlbergpass (ça vous dit rien ? :P). A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, celles déjà en service ont été reversées à la DR (série 254), aux ÖBB (série 1020) et surtout à la DB (série 194). Certaines ont par la suite été modernisées, et les dernières à quitter les rails furent les autrichiennes, en 1995. Aujourd’hui de nombreuses locomotives de cette série sont préservées, donc vous pouvez encore aller leur faire un petit coucou, je suis sûr qu’elles apprécieront.

Ces crocodiles, après la DRG, ont travaillé pour la DB, la DR, ou les ÖBB, si elles n’ont pas été détruites pendant la guerre.

Bref, commençons par la modélisation extérieure, et je dois dire que je suis déçu. La 3D est vraiment d’une belle qualité, on voit le soin apporté qui montre l’affection qu’ont les auteurs pour cette machine, mais le rendu ingame est totalement sabordé par les effets lumineux : on dirait que les locomotives sont restées beaucoup trop longtemps dans un bain de vernis. Ca concerne tout l’extérieur, des pantos aux bogies, et c’est vraiment dommage. Avec un rendu plus neutre, sans tous ces effets, mais juste du weathering par ci par là, ça aurait été vraiiiiiment mieux. Par contre on appréciera la diversité des livrées proposées, une version DRG, deux versions DB (époques III et IV), une version DR et une version ÖBB.

Le texturing casse tout :(

Passons à la cabine, et malheureusement même constat. Là encore l’effort fait est considérable – rappelez-vous que les premières sont sorties des usines en 1940, avec tous ces contrôles rustiques pour les pantos, la traction… mais le texturing, qui me fait penser plus à MSTS qu’à TS, vient encore casser le trip, c’est tellement dommage ! Sans ces effets vernis, et un texturing un peu plus propre, on arriverait à un modèle de grande qualité.

Le texturing casse tout :( COMBO X2

Pour les fonctionnalités, n’oublions pas qu’à l’époque nous en étions à Railworks 3, il n’y a pas vraiment de simulation avancée, mais tout ce qu’il faut est là. Je suis tout sauf un spécialiste de ces locomotives, mais après avoir visionnées plusieurs vidéos de la bête, les sons me paraissent plutôt réalistes. La physique est plus que correcte, sur ce point pas de soucis. Plusieurs scénarios sont livrés, de quoi s’amuser. Dommage donc que le texturing casse un peu le trip…

Le résultat final est plutôt mitigé…

Mais, mais, mais, mais, mais *musique de renversement de situation*, il faut saluer le studio qui propose avec cet add-on les crocodiles donc, quelques éléments de scenery (toujours sympa pour les créateurs de scénarios), et en plus, sans augmentation du prix des consommations, l’autorail VT 08.5 !!! C’est une très belle surprise, signalée discrètement sur la couverture de la jaquette par un petit bandeau… les coquins ! Ces autorails, modulables, avec leur forme ont été construits dans les années 50 pour assurer des trains express. Beekay nous propose ici deux livrées, DB époques III et IV, la première étant avec la voiture en livrée spéciale « Coupe du Monde 1954″.

Et un autorail, un ! Très sympa en plus !

La surprise est très agréable, puisque là encore, la nostalgie est là, mais surtout il n’y a pas ces problèmes de vernis dont souffre l’E94 ! Vraiment un excellent modèle, avec une très belle cabine. Les quelques points négatifs sont la vue passager, la texture du sol de la cabine, et la physique – je sais que c’est une vraie flèche, mais quand même y a des limites… :P Au final, je préfère plus ce modèle bonus au produit principal du pack, c’est un peu dommage… mais pour 13 euros, je pense que les amateurs rétro trouveront là un add-on hors du commun, avec un bel autorail et une locomotive inimitable en bonus !

Je préfère la cabine de l’autorail à celle de l’E94.

sept 16

Le mardi c’est gratuit #10 – Chaussures et montagnes

Voilà le dixième numéro du mardi c’est gratuit, et pour fêter cela je vous propose une petite randonnée en montagne. Mais pas n’importe quelles montagnes : le massif du Qilian, dans le nord de la Chine avec ses paysages magnifiques. Mais avant de s’y rendre, mieux vaut partir équipé : vêtements, sac à dos, et surtout… des bonnes chaussures. Elles sont bien rangées dans leur boite ?

Non, je vous jure que je n’ai pas pris de drogue pour inventer cette petite introduction, et oui, on va bien parler des « boites à chaussures », c’est-à-dire des X 2200. On est sur railsim-fr, mais pour nos amis étrangers qui me lisent, ou même ceux qui ne connaissent pas bien ce matériel, petite présentation succincte : les X 2200 sont des autorails (au sens SNCF du terme) français construits dans la deuxième partie des années 80. Au départ tous en livrée rouge Vermillon ou bleu Isabelle, leur modernisation leur a fait perdre la 1ère classe et les a revêtu de la livrée moderne TER grise et bleue. Utilisés pour de nombreuses dessertes TER sur les lignes non électrifiées du Limousin, Aquitaine, Poitou-Charentes, et anciennement PACA, ils ont soufferts de l’arrivée des XTER, ATER et XGC, et vont souffrir encore plus (voire disparaitre ?) avec l’arrivée des Regiolis et Regio2N.

Bleue, rouge et gris, les trois livrées des X 2200 sont là !

Dominique Delaporte aka PapiNic nous propose une excellente modélisation de cet autorail, disponible sur le forum. Attaquons avec une modélisation extérieure de grande qualité, notamment sur les parties frontales. Les trois livrées qu’a connu ce matériel – si on fait fi des logos SNCF et régionaux – sont là. Autant j’adore les livrées rouges et bleues, superbement texturées – avec un tag pour une version, qui est malheureusement ce qui arrive en réalité pour ces vieux trains, autant je trouve que la livrée rénovée est d’une résolution trop basse, si on s’approche un peu de la caisse.

La livrée rouge et la modélisation 3D sont de très haute qualité !

Passons à la cabine, qui est superbement modélisée. Vraiment le boulot est très bien fait, c’est très immersif. Boite à leviers, KVB, compte-tours, tachro… vraiment top. Encore un petit reproche sur les textures, celle qui recouvre les parois de l’autorail et celle des pictogrammes, mais à part cela, vraiment respect.

Bravo pour cette cabine !

Il y a même une vue passager, pas mauvaise du tout, au contraire, je la trouve supérieure à bien des vues passagers proposées dans des modèles payants. En plus c’est en première classe, merci PapiNic de ne pas nous faire payer de supplément ^^ Et pour le modèle rénové (livrée TER), le créateur a bien tenu compte de la disparition de la première et propose une autre vue passager, qui est aussi d’un niveau de qualité exceptionnel.

Je voyage en première MOI MONSIEUR !

Les fonctionnalités sont comme le reste un grand point positif, puisque la mise en service est réaliste, le KVB (merci toute la team !) est fonctionnel aussi. Les sons sont globalement bons, et la physique me parait également conforme à la réalité. Vraiment, un autorail qui, comme en réalité, ne paie pas de mine quand on le voit comme ça, mais qui se laisse découvrir, et plus si affinités (je suis sûr qu’il y en aura !), avec grand plaisir. Bravo PapiNic !

 

Quelles ambiances peut-on faire avec ce sublime autorail ! (bravo à zawal pour sa petite voie ;) )

 

 

C’est bon les chaussures sont enfilées ? On peut commencer la randonnée alors ! Direction la Chine et la QiLian line. Il s’agit d’une ligne fictive mais inspirée des lignes réelles du QinZang et du LanXin, et qui reproduit les paysages montagneux de la partie nord du pays. 80 km, principalement en voie unique, non électrifiée.

Direction la Chine et les montagnes !

J’adore cette ligne pour son atmosphère unique, c’est la seule à proposer des paysages comme cela ! Les montagnes sont souvent dépourvues d’assets, et justement la texture rocailleuse elle seule rend bien le caractère désertique de ces paysages. Étonnamment, la verdure est quand même très représentée dans les vallées, et l’excellente pose des décors met bien en valeurs ces parties.

Quelle atmosphère !

Il y a d’ailleurs une distance de pose assez importante, c’est cool, mais en cabine les paysages sont également magnifiques, et j’aime aussi bien parcourir les voies au poste de conduite, qu’en me baladant dans les longues étendues que l’Homme n’a jamais touché. Liberté, paysages splendides toussa toussa en somme.

C’est juste magnifique.

Je parlais de la cabine, eh bien il faut savoir que la ligne est accompagné d’un autre add-on développé par l’excellente team RWSO, qui a modélisé la locomotive type DF4D, dernière sous-série en date de locomotives, diesel-électriques, les plus courantes en Chine, ainsi que plus de 200 wagons et voitures. Et c’est pas juste inverseur-traction-freinage, la simulation est correcte et avancée !

Pour rouler sur la ligne, rien de mieux que la DF4D !

Pour que tout ça aille bien ensemble, la signalisation aussi est spécifique et réelle, bon rien de très compliqué, on comprend tout de suite comment ça fonctionne. Et ce ne sont pas les seuls assets customs : gares, bâtiments… Et dernière petite touche, dans le HUD, les noms des marqueurs sont écrit en chinois aussi !

Les assets customs, très épurés, participent grandement à l’ambiance.

Cependant, la ligne souffre de quelques défauts, du fait qu’elle soit (toujours !) en bêta : légers bugs de signalisation, sur les marqueurs, et pareil pour la locomotive, j’ai quelques missing textures d’origine inconnue. Mais à part cela, sortie en 2012, elle n’a pas pris une ride ! Bref une excellente ligne pour se changer les idées, si vous en avez marre de l’Angleterre et de l’Allemagne !

sept 11

Test de la BR 628

Salut ! Aujourd’hui, un test d’un autorail allemand édité chez Railtraction, le BR 628. Je vous vois déjà venir avec des « Olivier je vais appeler l’hôpital psychiatrique, tu as déjà testé cet add-on ! » ou autres remarques du genre, eh bien vous pouvez raccrocher vos téléphones, car j’avais déjà testé le 628.4, et aujourd’hui c’est au tour du 628.2 ; RailTraction a en effet modélisé cette autre sous-série du fameux autorail bicaisse d’outre-Rhin !

Après le 628.4, voilà le 628.2 !

Petit historique très bref pour comprendre et retour au début des années 70 : la DB (Deutsche Bundesbahn bien sûr) cherche a remplacer ses autorails Schienenbus déjà bien usés après seulement 20 ans de circulation. Sort des bureaux d’études un projet d’autorail bicaisse, plus puissant que ses prédécesseurs, très bien conçu et ayant la capacité de circuler sur les grandes lignes du pays. C’est le début des 628. Les concepteurs ne se sont pas arrêtés en si bon chemin, et ont conçu de nouvelles sous-séries de cet autorail, à chaque fois avec des améliorations. Dans les années 80, pour la 628.2 : ajout de la première classe, modification de la forme des caisses, et ajout d’écrans d’affichage de destination. Dans les années 90, bénéficiant du retour d’expérience avec les sous-séries précédentes, apparaissent les 628.4 : plus longues, plus puissantes, portes doubles… Aujourd’hui, seules les 628.2 et 628.4 (et quelques 628.9) circulent encore, indifféremment sur les lignes en fonction de leur affectation.

Moins long et moins puissant que son successeur : 120 km/h max !

Passons donc à la modélisation de RailTraction : la qualité est aussi bonne que la 628.4 avec une très belle modélisation extérieure, une cabine très immersive et fidèle, pas de vue passager. Le scripting est excellent : les opérations sont très réalistes, surtout en ce qui concerne les portes. PZB et SIFA sont activables à la demande, et on peut même changer en cours de route le modus du PZB. Les sons sont très bons, tirés du modèle réel, et on aimera l’entendre à plein régime encore plus que celui de la 628.4 dans les gradients, car celui-ci aura encore plus de mal !

La cabine est toujours aussi immersive.

Le problème ici, c’est le prix : de nombreux add-ons comprennent plusieurs versions ou sous-séries des matériels concernés : par exemple : Taurus d’HRQ, 6MT de JT, Minuetto d’Anemonelab… les différences existent, je suis d’accord, et on les voit bien en comparant les deux modèles, mais ce n’est pas non plus comme si on mettait côte à côte un X 2400 et un X 2800 ! Le style de conduite, ici, n’est que très légèrement différent. Au final, avoir les deux sous-séries vous revient à près de 30 euros, c’est beaucoup trop cher ! Un pack proposant les deux modèles à un peu moins de 20 euros me parait le prix raisonnable pour cela… donc si vous avez déjà la 628.4 à quoi bon repayer à nouveau 15 euros juste pour avoir une version moins puissante de l’autorail ? Bref, sauf si vous avez un grand intérêt pour les 628, à ce prix-là, passez votre chemin, et prenez le premier modèle !

Presque 30 euros pour 628.2 ET 628.4, non mais allo quoi !

sept 09

Le mardi c’est gratuit #9 – Testovacia et Skoda

Dobrý den ! Oui je parle tchèque maintenant, et pour cause, aujourd’hui je vais vous présenter des créations qui n’ont malheureusement pas la publicité qu’elles méritent ! Pour tout dire, je ne les ai jamais vues présentées sur aucun site de la communauté, français, anglais, allemand, néozélandais… On s’envole pour la République Tchèque donc, pour découvrir le réseau ferroviaire de ce pays, à la fois moderne, mais qui n’a pas perdu son héritage soviétique. De quoi faire réfléchir ceux qui pensent que TS n’est que anglais, allemand et américain…

La ligne en question s’appelle Testovacia Trat, que l’on pourrait traduire par circuit d’essai. Il s’agit d’une ligne semi-fictive, avec des villes réelles mais très distantes dans la réalité, alors que là le parcours fait 45 km. Tout ça est (au moins) en double voie, électrifiée en 3 kV.

Vous savez, de nombreuses lignes gratuites utilisent par-ci par-là des assets tchèques, et c’est bien pour une raison ! On s’en rend compte encore plus quand ces créations constituent l’entièreté de la ligne : excellente qualité, surtout les arbres qu’on ne voit nulle part ailleurs. Tout ça avec la caténaire là aussi typique du coin. On retrouve en fait le même type de paysages que ce que l’on voit dans les lignes russes, ukrainiennes… de ZDSimulator.

Caténaire, arbres… ambiance Europe de l’Est garantie !

La pose de décors est généralement très bonne, surtout pour les zones forestières. Il y a beaucoup d’endroits où les assets ne sont pas nombreux, juste les textures des champs ou autres et quelques arbres. J’aurais préféré pour ces points précis une distance de pose plus importante, mais sinon on peut vraiment s’amuser avec les screens.

Niveau screens, y a de quoi faire !

Que ce soit en pleine ligne, ou dans les villes entourant les gares, on est réellement transporté en Europe de l’Est, et ce n’est pas courant dans TS : profitons-en !

Atmosphère ferroviaire à Roztoky…

Que pourra t-on faire circuler sur cette ligne ? Du matériel tchèque, slovaque… mais aussi des locomotives universelles, comme les Taurus, les 189 (avec un chouïa d’imagination),… la ligne est fournie avec de nombreux scénarios, du passager local à l’Eurocity en passant par des frets ! Et cerise sur le gateau, l’installation est plutôt facile, que des assets gratuits à part la Hamburg-Hannover, et même si il faudra un peu chercher les assets, sur deux-trois site, le jeu en vaut largement la chandelle !

En plus des locomotives « nationales », n’oublions pas les universelles !

 

 

Deuxième création gratuite, pour faire suite à cette formidable ligne, les locomotives des séries 150 et 151 de la ČD, les chemins de fer tchèques, qui sont équipées pour circuler uniquement sous 3kV. Ces machines, construites par Skoda et mises en service à la fin des années 70, ont d’abord circulé sur les trains express à l’est de Prague. Entre 2000 et 2004, 13 ont été reconstruites, pour circuler à 160 km/h, et ont été renumérotées dans la série 151.

Ligne tchèque, matériel tchèque !

Nous avons les deux versions ici, dotées d’une excellente modélisation extérieure. Il y a pas mal de versions, et le texturing est splendide et rend bien l’état actuel de ces locomotives, qui mériteraient peut-être un peu plus d’attention ? Seul petit point améliorable, les ondulations de la tôle de la caisse qui ont été texturées et non pas modélisées en 3D, mais ça ne gêne pas du tout.

La modélisation extérieure est vraiment excellente.

On passe à la cabine, custom, et excellente. Il y a un peu de textures basse résolution, mais à part ça on croirait un modèle payant sans aucun souci. De la belle 3D partout, c’est top ! Et là où c’est encore mieux, ce sont les fonctionnalités : simulation parfaite des 32 crans de traction (dont 5 de shuntage) – attention à la limite d’ampérage ! , sélecteur panto(s), interrupteur général, fanaux individuellement contrôlables… et les sons participent aussi à l’ambiance : vraiment un modèle, et je ne le répéterai jamais assez dans cette chronique, qui dépasse nombre de créations payantes !

La cabine est d’un réalisme époustouflant !

La combo est parfaite puisque la ligne est bien entendue équipée de la signalisation tchèque – on s’y fait avec l’habitude même si la préannonce est spéciale – et ces locomotives sont équipées du système de répétition des signaux en cabine, donc attention à ne pas oublier de vigiler si nécessaire ! Je veux une standing ovation pour tous les créateurs qui ont participé à ces projets. Prêt pour un petit tour en Europe de l’Est alors ?

sept 04

La Dispolok BR 189 est dispo !

Salut ! J’ai craqué il y a pas longtemps sur la BR 189, car possédant de plus en plus de lignes continentales, l’ES64F4 (oui, c’est une EuroSprinter !) se révèle de plus en plus utile et rentable : c’est un symbole du fret moderne, privé et international.

Et ça se remarque tout de suite sur cette locomotive avec ses 4 pantos, même si malheureusement seul 1 est utilisable, le 15 kV/25 kV. C’est un comble ! DTG est censé modéliser, à juste titre, le pack VE, c’est-à-dire tous les systèmes nécessaires à la circulation en Allemagne, Autriche, Italie, Slovénie, Croatie et Pays-Bas, mais en cabine je ne vois pas grand chose. PZB, et SIFA sont par contre eux bien présents, et fonctionnent parfaitement.

Quatre pantos mais seul un est utilisable !

Revenons sur la modélisation extérieure qui ne déroge pas à la règle : très bonnes, avec de jolis reliefs sur les côtés, des textures HD qui font plaisir, de jolis bogies. Pour évoquer de nouveau l’introduction sur ce qu’est l’ES64F4, qui dit privé et international dit multitude de livrées, et si DTG dans son infâme politique 1 DLC = 1 livrée ne propose uniquement une version Dispolok, des reskins sont disponibles sur le net… attention par contre, la plupart sont pour la version gratuite de la machine ! Bref vous pourrez l’utiliser sur toutes vos lignes continentales avec la robe qui lui convient !

Une livrée seulement, mais la communauté est là !

La cabine est plutôt agréable, standard RSC, rien de plus à ajouter. Encore une fois, qu’est-ce qu’on aimerait pouvoir manipuler et avoir accès à plus d’interrupteurs, de sélecteurs… mais bon ça fait déjà le job. Petite interrogation sur l’AFB, la même que celle dans mon test du metronom : la locomotive est limitée à 140 km/h, mais l’AFB permet de sélectionner 160 et 180… est-ce comme cela IRL ? De plus, lorsque l’AFB est activé, et qu’il y a effort de freinage, celui-ci n’est pas montré sur l’indicateur correspondant. Là encore, je ne sais pas du tout si c’est une erreur ou si c’est la réalité, mais ça me parait étrange.

La cabine est au standard DTG : AFB, PZB, SIFA toussa toussa…

De toute façon, avec le long convoi proposé en Quick Drive, qui fait appel à de jolis wagons porte-conteneurs inclus avec cette locomotive, même les 140 km/h ne seront pas facile à atteindre ! Petit point négatif, pas de lanternes de queue sur le dernier wagon ! Pour terminer, les sons, que j’ai avant même la première utilisation remplacé grâce à un patch, je n’ose pas imaginer ce que ça doit être ! Mais avec ce petit fichier, les sons sont assez agréables. C’est donc là une locomotive assez importante et présente dans le rail d’aujourd’hui que nous propose DTG, et le contrat est parfaitement et bien rempli, sans que ce soit un add-on exceptionnel !

Les wagons fournis avec la loco sont une belle petite surprise.

sept 02

Le mardi c’est gratuit #8 – Pays-Bas et Italie

On s’approche petit à petit du dixième numéro du mardi c’est gratuit dis donc ! Aujourd’hui, dans ce numéro 8, deux créations gratuites de haut niveau ! Je vous rappelle que dans cette rubrique sont présentés uniquement les add-ons gratuits qui pourraient, à mes yeux, être commercialisés vu leur qualité ; aujourd’hui n’échappe pas à la règle avec tout d’abord une excellente ligne hollandaise, puis, allez je vends la mèche, un des meilleurs add-ons gratuits de tous les temps, et même un des meilleurs add-ons de TS tout court.

Mais on commence par la ligne Utrecht Centraal – Naarden Bussum, aussi connue sous le p’tit nom « t’Gooi Centraal » (j’ai aucune idée de ce que j’écris !), qui nous permet de rouler sur la ligne réelle reliant Utrecht à Weesp. Une bonne trentaine de kilomètres, qui se parcourent en environ une demi-heure, mais tout à fait plaisants. La ligne est au moins double – et il existe des sections à trois et quatre voies, et elle est électrifiée, en 1500 V bien sûr. Vitesse de ligne, 130 km/h. La signalisation néerlandaise y est implantée, et le résultat est vraiment top.

Il faut s’habituer aux signaux du coin !

On commence au sud, donc, à Utrecht CS, LE nœud ferroviaire du pays, et quand on s’y trouve, on comprend pourquoi. La gare est très bien faite, et c’est loin d’être le seul asset custom de la ligne ! Après la sortie de la gare à 40 km/h, on se dirige vers l’est et Amersfoort, avant de rapidement prendre une aiguille en voie déviée pour tourner vers le nord et Hilversum. Cette première section est très urbaine d’abord, puis très boisée ensuite, et puis la caténaire en ogive en croisant des automotrices jaunes avec les signaux… on s’y croirait ! L’ambiance est totalement là, on ne peut pas faire mieux.

On file à 130 sous les ogives !

La deuxième partie de la ligne, d’Hilversum à Weesp est très différente : les voies traversent de longs champs tous verts, avec quelques étangs par-ci par là. Mais on s’y croit toujours, pas de souci ! L’arrivée à Weesp permet de découvrir là encore des assets custom, de très belle facture. Peu avant la gare, un embranchement particulier permet quelques scénarios frets, avec une 6400 par exemple !

Entre Hilversum et Weesp, l’ambiance est différente !

Les services principaux en 2014 sur cette ligne sont l’IC 140 (Amsterdam-Francfort) entre Weesp et Hilversum, assuré en NS 1700 et voitures IC, quelques intercity en ICM ou VIRM, et surtout le Sprinter 5700 qui emprunte l’intégralité de cette ligne, qui est assuré par des SLT. Mais pourquoi pas utiliser des ICE 3M sur des détournements par exemple. En tout cas les scénarios sont nombreux, et requièrent souvent (mal)heureusement de nombreux add-ons de ChrisTrains et/ou Dutch Classics. L’installation n’est pas compliquée, car à part le paquet d’assets inclus, il y a juste 3 téléchargements supplémentaires. Pas mal de lignes paywares sont nécessaires. Vraiment une belle création ! Bravo à evijver !

Un Intercity à Hilversum.

 

 

Deuxième réalisation de la semaine, et comme je disais plus haut, c’est à mes yeux un des meilleurs add-ons pour Train Simulator, peu importe payant ou gratuit. Il s’agit d’un pack proposant les locomotives italiennes électriques E645 et E646 (merci jibeh de nous les avoir déniché en mai dernier !). Ces BBB articulées – pas courant comme disposition – ont été mis en service en Italie à la fin des années 1950, et les dernières ont quitté la scène en 2009. Les E646 correspondent aux locomotives utilisées pour les trains de passagers, et les E645 aux locomotives en tête des trains de fret.

Train de passagers, c’est une E646 !

Que vous dire de cet add-on, à part qu’il est parfait ? Enfin une mise en service qui ressemble à ce qui se passe en réalité pour des locomotives de cette époque ! Batterie, compresseur auxiliaire, pantographes, disjoncteur, compresseurs principaux (et ça prend du temps à remplir le réservoir hein !), manipulateur traction réaliste, freinage, RSC4… et regardez-moi cette cabine, quelle ambiance ! La plupart des créateurs payants font moins bien ! C’est du train pr0n comme cela est très rare, enfin, arrêtez tout de suite de lire ce test, annulez tout ce que vous aviez prévu pour les prochaines heures et allez télécharger ces locomotives bon sang !

La cabine est parfaite !

Et puis c’est bien beau de faire joujou avec tout ça, mais la simulation est là encore exceptionnelle ! Il faut le temps nécessaire de remplissage du réservoir égalisateur – qui dépend de la longueur de la rame, la gestion de l’ampérage selon le type de couplage, le cran et la vitesse, absolument parfait, les sons entre celui des compresseurs, des ventilateurs, des moteurs et du tictac de la bande graphique, c’est parfait ! Parfait ! Parfait ! Et puis comme si ça suffisait pas, vous avez plusieurs livrées et les versions passagers et fret comme je disais plus haut.

Il faut prendre quelques dizaines de minutes pour être totalement à l’aise avec la conduite.

Une fois n’est pas coutume, je finis avec la modélisation extérieure, qui elle aussi est splendide, des détails sur les bogies comme sur le toît, et pourtant aucune chute de FPS. Ils sont nombreux à avoir participé au développement de ces locomotives, mais le résultat est tellement incroyable que je vais tous les citer : un énorme bravo à Matteo Lizzi, Pasquale Nicolardi, Giovanni Grasso, Marco Bono, Giulio Torrisi, Giulio Storti, Andrea Irato, Claudio Mussa, Alessio Fangucci, Alberto Vaghi, Gianfranco Sacco, Alessandro Galimi, Raffaele Russo, et bien sûr l’auteur principal, Tiziano Baldo. Un immense bravo et merci.

Bravo à toute l’équipe qui a contribué à cet add-on !

Vous voyez, il y a la Terre, le Système Solaire, la Voie Lactée, l’Univers, Chuck Norris, et au-dessus, il y a cet add-on ! Pour conclure, laissez-moi juste faire une dédicace à tous ceux qui critiquent TS comme étant un simulateur auquel il est impossible de jouer sans y consacrer des fortunes, ces locomotives ne coutent rien. Les très bonnes voitures MU de Trenno Notte ne coutent rien. La Torino-Genova ne coute rien (à part l’ECA si vous avez commencé après TS12). Pour 0 euros, vous pouvez faire un train de nuit avec des modèles d’une qualité exceptionnelle sur une ligne d’une qualité exceptionnelle. Pour 0 euros, sans aucun add-on payant nécessaire !

Ces screens m’auront coûté 0 euros et 0 centimes. Aucun add-on payant.

août 30

Mat’ 54 RPZ WESH GROS !!!!

Yo ! Le titre c’est pas ma faute, c’est pas moi qui a choisi la dénomination des matériels néerlandais ! Mais vous l’avez sûrement compris, aujourd’hui je vais bien vous parler des Mat’54, automotrices à deux et quatre caisses conçues dans les années 50 pour assurer des trains rapides. Développé par Dutch Classics, j’avais oublié de visiter leur site depuis des mois ; l’erreur est maintenant réparée !

Je vous rassure, on parle toujours de trains !

Les deux versions, bi et quadricaisses sont présentes, à chaque fois en livrée verte d’origine ainsi qu’en livrée moderne jaune. La modélisation extérieure est très fine, avec de nombreux détails, et un weathering comme le studio sait si bien le faire, surtout en ce qui concerne le toit. Leur surnom (aux automotrices, pas du studio :P) « Hondekop », qui signifie « nez de chien », n’est pas volé !

Deux ou quatre éléments ; vert ou jaune !

On passe à la cabine, et là petite déception par rapport à leurs add-ons précédents, puisque ce n’est pas 100% phototexturé : ça ne me dérange pas en tant que tel, sauf qu’il y a une différence entre le poste de conduite qui lui est très joliment phototexturé, et les « parois » de la cabine, qui paraissent très artificielles à côté : du coup l’atmosphère est beaucoup moins présente que sur leurs modèles précédents, c’est dommage… Pour revenir sur le poste en lui-même, Dutch Classics est un des rares à ne pas oublier qu’une locomotive, ça vieillit comme tout le monde, et donc les indicateurs un peu sales, la peinture qui s’écaille… tout ça est là, et il va falloir prendre l’habitude de lire l’indicateur de vitesse par exemple, ce n’est pas aussi évident que sur un add-on « tout neuf ». Et puis la signature du développeur, les portes de la cabine qui s’ouvrent à volonté, priceless trop SWAG quoi.

Le poste de conduite est excellent, comme d’hab chez Dutch Classics. Par contre les parois paraissent un peu artificielles…

Une vue passager a également été modélisée, qui est excellente. Malheureusement on est tout seul !

Très belle vue passager.

Le gros point fort du studio néerlandais – à part les portes de la cabine, c’est le scripting. Et là ils font fort, comme d’hab, avec un niveau de simulation ultra-réaliste, que ce soit au niveau de la mise en service mais aussi pour la conduite en tant que tel. Ce n’est assurément pas comme les trains que l’on a l’habitude de conduire dans le simulateur ! Et, très intelligemment, ils ont modélisé un interrupteur au dos du poste de conduite qui n’existe pas en réalité, et qui permet de passer du mode expert au mode standard. Comme ça tout le monde est ravi ! (et tout le monde devrait faire pareil ! :P). Les sons sont réalistes et customs il n’y a aucun doute, pas de soucis, par contre le mastering me semble un peu bizarre, certains bruits paraissent être trop fort par rapport à d’autres.

Beaucoup de commandes sont fonctionnelles. Et à notre dos, un sélecteur permet de choisir entre mode standard et expert.

C’est donc une très jolie automotrice que nous propose Dutch Classics, pour un prix très raisonnable de 15 euros – un euro de plus que les trucs souvent moyens de DTG si on y réfléchit ! Vous pourrez l’utiliser sur toutes les lignes freewares néerlandaises, par contre il me semble que l’ATB (le KVB local) ne soit pas installé.

Bon toutou !

Articles plus anciens «